Work in progres : capoeira posters by Caroline Jadot

carovgc

capou1

capou3

capou2

capou5

capou6

capou4

Projet risographique à partir d’ images de la capoeira

La capoeira est un art martial brésilien qui puise ses racines dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. Présente dans la plupart des grandes villes de nombreux pays, elle séduit beaucoup de personnes attirées par son côté spectaculaire, sa musicalité et l’énergie qui est dégagée lors de ses représentations. Elle initie ses pratiquants à la culture brésilienne et à la langue portugaise et tisse des relations intercontinentales entre les capoeiristes. La connaissance de l’histoire de la capoeira fait partie intégrante de cette discipline, elle est transmise par les maîtres et les professeurs qui enseignent la capoeira, généralement eux-mêmes d’origine brésilienne. Cette tradition qui se perpétue depuis des générations se transmet essentiellement par voie orale. Il y a encore peu de temps il était très difficile de trouver des documents écrits sur cet art, parfois dans le meilleur des cas, on disposait de quelques photocopies noir et blanc…

Dans l’imagerie présente dans la mémoire collective des brésiliens et des capoeiristes, on trouve des représentations illustrant la vie quotidienne des esclaves, les formes de résistance et de lutte envers l’esclavagisme, les portraits des grandes figures de la capoeira qui ont contribué à faire évoluer, à faire reconnaître cet art comme une discipline complète et à la propager. Les témoignages les plus anciens proviennent d’images issues de peintures et de dessins d’artistes-voyageurs durant la période de l’esclavage, comme Johann Moritz Rugendaz (1802-1858), qui part en 1822 en tant que dessinateur scientifique du baron Georg Heinrich von Langsdorff et parcours les provinces de Rio de Janeiro, du Minas Gerais, de Bahia. La partie de son oeuvre la plus intéressante aujourd’hui concerne les habitants du pays. Influencé par la philosophie de Herder, il recherche la vérité du Brésil dans le peuple et dans les intérieurs éloignés de la civilisation cosmopolite des grandes villes, en particulier les noirs qui, réduits à l’esclavage, composent une part importante de la population du Brésil. L’artiste français Jean-Baptiste Debret (1768-1848) publie en 1834 « Voyage Pittoresque et Historique au Brésil » dans lequel il révèle la profondeur de la relation personnelle et émotionnelle qu’il a acquise avec ce pays où il a vécu 15 ans. Debret essaye de montrer aux lecteurs – européen en particulier – un panorama qui dépasse la simple vision d’un pays exotique, intéressant seulement au point de vue de l’histoire naturelle. C’est une oeuvre historique qu’il voulait créer, et notamment montrer la formation (au sens culturel) du peuple de la nation brésilienne. Il cherchait à sauver certaines particularités du pays et du peuple, dans une tentative pour représenter et préserver son passé, sans se limiter aux questions politiques, mais plutôt en s’intéressant à la religion, la culture et aux moeurs des hommes au Brésil. Les dessins de Kalixto (Calixto Cordeiro – 1877/1957), caricaturiste brésilien qui a croqué la capoeira au début du XX° siècle à Rio de Janeiro. Il comptabilise plus de 50 ans d’activité dans les journaux et les revues, sa production représente autour de 150.000 dessins. Les dessins de Mestre Pastinha (1889- 1981), grand maître de la capoeira qui au début des années 1930 a créé la premièreécole de capoeira Angola, en établissant une méthode d’enseignement qui était basée sur les anciennes traditions. Il a aussi écrit le premier livre sur le sujet, où il expose sa propre conception philosophique de la capoeira. Les photos de Pierre Fatumbi Verger (1902-1996), il se passionne pour les régions d’origine des esclaves qui peuplèrent Bahia, et décide que ces pays deviendront la base de ses études, il y consacre 50 ans de sa vie. Chaque retour à Bahia, il trie ses milliers de photos, ses textes, ses films, les essences de plantes médicinales, les objets sacrés qu’il ramène du bout du monde. Pierre Verger n’aura alors de cesse de former un lien puissant entre l’Afrique et le Brésil.

Issue du déracinement des esclaves noirs vers le Brésil, la capoeira est l’expression d’une lutte cachée afin de conserver un mode d’expression d’une culture lourdement réprimée. Elle se développe au sein même des habitations et des lieux de travail des esclaves. Une formidable preuve de la volonté de perpétuer ses traditions, et de retrouver leur liberté. Les esclaves n’ont jamais usés des armes pour se révolter. Aprèsla fin de l’esclavage, cette pratique reste marginale et réprimée par la constitution brésilienne de 1890, elle est interdite jusqu’aux années 1930. Dans les années 50/60, l’identité noire commence à être incorporée à la ville de manière folklorique, poussée par la politique touristique, et les manifestations de capoeira dans l’espace public sont moins réprimées par la police que par le passé. Pendant les années 70’, la capoeira s’exporte aux Etats-Unis puis en Europe, essayant de conquérir le monde des arts martiaux. C’est en 1972 que la capoeira est homologuée comme sport par le Ministère de l’Education et de la Culture du Brésil. C’est depuis les années 90’que la capoeira connaît une forte expansion mondiale. Depuis, la capoeira ne cesse de se développer et de se diversifier, mélange de tradition et d’évolution, elle est le reflet de laliberté et du courage.

• Dans le jeu vidéo Tekken 3 sur Arcade et Playstation le personnage d’Eddy Gordo pratique la capoeira ainsi que Tiger Jackson personnage caché arborant un style disco Jackson Five dans Tekken 3 et Tekken Tag Tournament. Christie Monteiro remplace Eddy à partir de Tekken 4 jusqu’au 6 (Eddy devient un personnage caché).

• Dans le jeu vidéo Tobal 2, Mark, personnage caché déblocable et l’un des 4 boss du jeu, pratique la capoeira.

• Dans le jeu vidéo Street Fighter III: New Generation, Elena, princesse africaine venant de Nairobi, pratique la capoeira.

• Dans le jeu vidéo World of Warcraft la danse des trolls s’inspire de la capoeira.

• Dans le feuilleton péruvien Al fondo hay sitio, Robert prétend s’être mesuré à Davis Pen avec la capoeira.

• Dans la série télévisée Stargate SG-1 saison 5 épisode 18, les Jaffas d’Imhotep utilisent un art martial ressemblant à la capoeira.

• Dans la série animée Combo Niños, la capoeira est au centre de l’histoire et est le style de combat utilisé par les héros.

• Dans le film Catwoman, les mouvements du personnage principal incarné par Halle Berry sont principalement inspirés de la capoeira.

• Dans le film l’Honneur du dragon, on assiste à une confrontation entre Muay Thaï (Tony Jaa) et capoeira (Lateef Crowder).

• Dans le film Only the Strong entièrement basé sur la capoeira avec Mark Dacascos dans le rôle principal.

• Dans le film Ocean’s Twelve, la scène de fin où le Renard explique comment il déjoue la sécurité du musée, il utilise la capoeira pour éviter le balayage aléatoire des rayons lasers et empêche ainsi l’alarme de se déclencher.

• Dans le film Tekken, Eddy Gordo (Lateef Crowder) utilise la capoeira dans le tournoi.

• Dans le film Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith les mouvements du général Grievous sont inspirés de la capoeira.

• Dans la série Death Note, L utilise la capoeira lorsqu’il se bat contre Raito.

•Dans le roman Death note : Another Note, l’agent Naomi Misora se défend avec des mouvements de capoeira. Cet art est

d’ailleurs légèrement évoqué, comme suite logique à une passion de la danse.

• Le film Besouro évoque la vie d’un célèbre capoeiriste brésilien.

• Dans le film Undisputed 3[2], le combattant brésilien utilise la capoeira.

• Dans le film unité cop : garde du corps avec Jean-Claude Vandamme dans la salle de Barclay, un des futurs gardes du corps pratique la capoeira

• Dans le manga Samourai Champloo, Mugen, un des héros pratique la capoeira en même temps qu’il utilise son sabre; ce qu lui donne un style très particulier.(style qui lui sauvera la vie plusieurs fois).

• Dans le jeu vidéo The Bouncer sur Playstation 2, une des ennemies nommée

À propos de chezrosi

cool & artisanal risograph print Bruxelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s